Lateral flow assays : Principes, conceptions et étiquettes

Les tests de flux latéral (LFA) ont suscité l’intérêt en raison de leurs formats conviviaux pour l’utilisateur, de leurs temps de dosage courts, de leurs faibles interférences, de leurs faibles coûts et de leur facilité d’utilisation par un personnel non spécialisé. Cette technique est basée sur l’interaction biochimique de l’hybridation antigène-anticorps ou sonde ADN-ADN cible. Un test à flux latéral (LFA) est composé de quatre parties : un tampon d’échantillon, qui est la zone sur laquelle l’échantillon est déposé ; un tampon conjugué, sur lequel des marqueurs marqués sont combinés avec des éléments de bioreconnaissance ; une membrane de réaction contenant une ligne de test et une ligne de contrôle pour l’hybridation ADN cible-sonde ou l’interaction antigène-anticorps ; et un tampon absorbant, qui stocke les déchets. Pour la construction des LFA, des nanoparticules d’or, des billes de latex colorées, des nanoparticules de carbone, des points quantiques et des enzymes sont utilisés comme marqueurs pour augmenter la sensibilité. Dans ce travail, le principe des LFAs, les éléments de bioreconnaissance, les performances analytiques, les limites de détection (LODs), les plages linéaires des LFAs développés dans différents domaines sont résumés. Les perspectives futures dans ce domaine sont également discutées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.